Où ira le roi Faker ? - Blog Esport Management

Où ira le roi Faker ?

2018-11-19

Alors que les Worlds 2018 de League of Legends viennent de se terminer, le coup d'envoi de la période de mercato vient lui d'être donné. Et dans le viseurs des plus grandes structures du monde se trouve Lee "Faker" Sang-Hyeok, désormais free agent depuis le 18 novembre.

[EDIT : Le 20 novembre 2018 aux alentours de midi heure française, SKT a annoncé publiquement que Faker, Leo et Effort restaient bel et bien dans la structure.]

Michael Jordan pour le basket, Ronaldo pour le football ou encore Tiger Wood pour le golf. Tous ces athlètes ont un point commun : ils ont marqué durablement l'histoire de leurs sports pour les décennies à venir. Et sur League of Legends, celui qui a imposé sa patte et a prouvé être le meilleur joueur du monde n'est autre que Lee "Faker" Sang-Hyeok. Véritable dieu vivant au pays du soleil levant et dans le monde, le midlaner coréen a brillé sous les couleurs SKT depuis son arrivé dans la Ligue des Légendes en 2013, et ce sans jamais quitter cette équipe qui l'a vu naître, grandir, échouer, et vaincre. Trois fois champion du monde avec la structure de l'opérateur coréen et meilleur joueur de tous les temps (pour le moment), les superlatifs s'empilent vite quand on parle du Grand Faker. Oui mais voilà. Si l'amour dure trois ans selon l'adage, la relation entre Faker et STK dure, elle, depuis près de 5 années. Et les choses semblent être arrivées à leur terme. Alors, quelles options s'ouvrent à présent pour "The Unkillable demon" ? Nous en avons listé quatre.

 Option 1 : Direction la Chine !

On le sait, la Chine est une terre d'accueil pour les Coréens qui souhaitent prendre une nouvelle dimension dans le monde de l'esport. Salaires faramineux, ligue compétitivement élevée, image de superstars, ils ont été et sont nombreux à faire le choix de l'Empire du milieux à un moment de leur carrière, à l'image de Imp, Deft, Duke et bien d'autres encore. Dans ce pays respirant l'esport et disposé à investir, Faker pourrait faire jouer son statut de légende et prenant les rênes d'une structure prête à lui bâtir un roster à sa mesure. En déboursant les montants qu'il faut pour faire venir les joueurs avec lesquels il voudrait évoluer, certaines structures chinoises pourraient attirer le Coréen dans le leur filet et le laisser mûrir au sein d'une équipe qu'il aurait lui-même construite. Ça, c'est le bon côté. Car il est également probable que certains tentent de le faire venir avec d'autres gros joueurs en quête de résultats pour former une 'dream-team'. En témoigne par exemple la tentative d'EDG de le ramener en LPL (la ligue chinoise) en 2016 pour la somme de 4 millions de dollars. Mais dans l'esport comme dans le sport, plusieurs exemples nous rappellent que ce n'est pas souvent une super idée de procéder comme ça... 

Option 2 : Rejoindre une autre structure coréenne

Pas aussi marquées que dans des sports comme le football (Inter/AC Milan, Liverpool/Manchester United, etc...), les rivalités dans l'esport existent tout de même. Et en Corée, les deux structures qui s'illustrent à travers leur opposition ne sont autres que KT Rolster et SKT T1. L'offre la plus surprenante pourrait ainsi, pourquoi pas, venir du côté de KT qui se verrait bien ramener l'ancien leader rival chez eux. Reste à gérer le problème des deux mids actuels de KT, PawN et Ucal, qui font très bien le travail mais qui pourraient gêner le recrutement de Faker. Une porte de sortie pourrait néanmoins se trouver en Chine pour l'un ou les deux joueurs, et permettrait l'arrivée de ce dernier. Et ça, ce serait carrément fou.

Si le scénario précédent est tout de même peu probable, reste que Faker a de grandes chances de rebondir s'il le souhaite dans une autre structure coréenne pour ne pas avoir à quitter son pays. Evidemment, il cherchera sans aucun doute une équipe à sa mesure, et donc avec des capacités certaines pour les saisons à venir. Et à l'heure actuelle on peut donc légitimement regarder du côté de Gen.G qui, malgré des Worlds décevants, a tout de même un très gros potentiel pour l'année 2019. Et quand on sait que Crown, le midlaner de Gen.G, n'a pas vu son contrat renouvelé, on se dit que la place de midlaner pourrait donc revenir à Faker. Gen.G Faker incoming ? 

Option 3 : Rester chez SKT

Et oui, parfois la solution la plus simple est juste sous notre nez. Dans le monde de l'esport, arriver en fin de contrat ne signifie pas toujours partir. C'est un moyen qui permet, et pour le joueur et pour la structure, de revaloriser la valeur dudit joueur. En effet, si une structure souhaite absolument conserver son joueur, elle lui proposera un nouveau contrat. Mais dans ce cas le joueur est en mesure de négocier et de mettre ses revendications (souvent salariales) sur la table. En laissant Faker arriver à la fin de son contrat, SKT s'ouvre ainsi plusieurs portes. Certes, son prodige est donc libre de s'engager avec n'importe qui et la structure ne percevra rien sur le prochain contrat, mais de l'autre côté s'il ne trouve personne il pourrait décider de rester dans l'équipe, mais ce sera ainsi à SKT de dicter les règles et de renégocier son salaire par exemple. Salaire qui s'élève tout de même à l'heure actuelle à 2.5 millions de dollars par an. Un montant que peu de structures dans le monde peuvent se permettre de sortir, même pour un joueur du calibre de Faker. Avantage pour ce dernier : il resterait en terrain connu, conserverait ses marques et son rôle de leader mais serait appuyé par de nouveaux joueurs apportant du sang frais au sein de l'équipe. On se rappelle qu'en 2014, SKT n'avait pas réussi à se qualifier aux Worlds et végétait dans le ventre mou de la LCK. Si la crise 2018 semble cette fois-ci plus sévère, rien ne dit que Faker et son équipe ne pourront pas remonter la pente un nouvelle fois et renouer avec la victoire en 2019.

Option 4 : Partir dans une autre ligue ?

À l'heure actuelle, c'est l'option qui parait la moins plausible. Et pourtant. Alors que les clubs de football sont en train de s'étendre de plus en plus dans l'esport toujours accompagnés de leurs portefeuilles bien garnis, il est possible que certains investisseurs décident de casser la tirelire pour s'offrir les services du God. Et avec l'arrivée des franchises en LCS EU, qu'est ce qui empêche Schalke 04 ou Movistar Rider de sortir les billets, sous réserve qu'ils obtiennent un emplacement bien entendu, et d'attirer Faker en Europe ? Idem pour les LCS NA, où toutes les retombées salariales sont plus élevées. Certaines rumeurs l'enverraient d'ailleurs chez Team Liquid. Comme quoi, tout est possible.

Evidemment ce ne sera pas aussi simple, car il faut aussi prendre en compte les choix personnelles du joueur, son intégration au sein d'une équipe avec des joueurs non-coréens qu'il ne connait pas et qui ne parle pas la même langue, le tout dans un nouveau pays, etc... Cela fait beaucoup de facteurs, mais rien ne dit que la perspective d'un nouveau challenge, d'un nouveau mode de vie ainsi qu'une salaire important ne pourrait pas motiver le génie coréen à tenter l'aventure et à rejoindre des ligues que certains de ses concitoyens ont déjà rejoint et qui leur ont plutôt bien réussi, en témoigne les carrières d'Huni, Reignover, Wadid, Lustboy, inSeC, et bien d'autres encore. Faker suivra-t-il leurs pas ? Affaire à suivre !








Une chose est sûre : peu importe ce qu'il se passera concernant Faker, cela fera forcément du bruit. Et malgré toutes ces suppositions, il ne nous reste plus qu'à attendre la décision du joueur et de savourer ce qu'il va se passer ! 


CP : Riot Games

L'article vous plait ? N'hésitez pas à le partager !



Souscrivez à notre newsletter

Soyez les premiers à connaitres les news les plus croustillantes en matières d'esport !